logo

Lancer son projet digital : quelles sont les étapes ?

June 7, 2021

Style, technologie, type d’interface, logo, fonctionnalités... Les paramètres à régler lorsqu’on se lance dans un projet digital sont nombreux et complexes. Impossible, lorsqu’on ne sait pas encore ce que l’on veut, de savoir combien cela va coûter et quand va commencer le retour sur investissement. L’agence digitale ne peut pas anticiper les évolutions des désirs du client. De l’autre côté, ce dernier hésite à se lancer parce qu’il n’est pas sûr du montant qu’il devra être capable de financer.

Pour éviter un maximum d’incertitudes, une perte de temps et des dépenses inutiles, il est souvent proposé au client de passer par un processus en trois phases : cadrage, design, puis développement. Ce mécanisme permettra au porteur de projet de disposer, à l’issue du processus, d’une première version de son application, mise en production et stable.

Le cadrage

Dans cette première étape, on définit les grandes lignes du projet. On précise sa raison d’être, son objectif, et les fonctionnalités requises sont évoquées. C’est aussi à ce moment que l’on se penche sur le choix du type d’interface et des technologies les plus adaptées pour sa construction. C’est à cette étape que l’on cherche des réponses à des questions comme : « Pourquoi choisir mon projet plutôt qu’un autre ? Qu’apporte-t-il de plus ? Qui va utiliser ma plateforme ? Quels sont les enjeux ? » La réflexion peut se faire seul ou accompagné par un professionnel, parfois même gratuitement. Pour les gros projets, les agences proposent parfois des ateliers payants. L’idée est de convoquer un modérateur externe et des utilisateurs potentiels pour cerner leurs besoins et avoir de nouvelles idées. Une fois le projet cadré, il est possible d’établir un devis précis pour la deuxième phase, ainsi qu’une première estimation d’enveloppe nécessaire au financement du développement.

Design UX / UI

Une fois l’objet de l’application bien cadré, il sera temps de passer dans une phase plus concrète de conception de l’application : le design. On commencera pour cela par lister toutes les fonctionnalités et dessiner le cheminement de l’utilisateur à travers les différentes pages du projet. Il faudra s’assurer que la plateforme reste intuitive et facile à utiliser. On parlera alors de design «UX» («User eXperience», «expérience utilisateur»). Dans un second temps, on déclinera l’identité visuelle et la charte graphique du projet (logo, couleurs, typographies...) sur toutes les pages, en les rendant attrayantes et esthétiques. Il s’agit du design «UI» («User Interface», «interface utilisateur»). À la fin de cette phase, l’agence pourra produire un devis précis pour la réalisation de la dernière étape. Une fois la maquette terminée, les développeurs peuvent faire leur entrée en scène.

Le développement

S’il existe des moyens de faire des maquettes très réalistes, c’est au moment du développement que le projet prendra réellement corps. Les développeurs, généralement divisés en deux groupes qui s’occuperont de l’expérience utilisateur ou alors de l’architecture technique de l’application, produiront une première version utilisable de l’interface commandée. C’est la phase la plus longue lors de la création d’une application. Pour rendre le suivi et la coordination entre les différents acteurs plus facile, le développement peut être divisé en plusieurs lots en utilisant les méthodes agiles.

Un engagement progressif

En fonction du type et de la taille du projet, cette méthode en trois phases peut être adaptée. Si le projet est simple, les deux premières étapes peuvent être réalisées en même temps, dès le départ, et tout peut tenir sur un seul devis. S’il est plus complexe, le projet peut être découpé en plusieurs phases de design et de développement. UX et UI peuvent aussi être séparés. Ainsi décomposé, cet engagement progressif permet au client d’avoir une idée claire de l’avancement du projet et de la direction qu’il prend. Il peut ainsi faire changer le cap plus facilement s’il en éprouve le besoin.

Un bon projet digital n’est jamais terminé

Quoi qu’il en soit, ce premier jet mis en ligne n’est qu’une phase initiale, qui sera remplacée par de nouvelles versions de l’application. Cela tient à l’essence même du digital, toujours en évolution. Un projet informatique qui fonctionne n’est jamais terminé. Il faudra le mettre à jour au fur et à mesure de la sortie des nouvelles versions des langages, le faire évoluer pour s’ajuster à l’usage des utilisateurs, ou corriger les problèmes induits par les mises à jour des systèmes d’exploitation et les failles de sécurité. Soit autant de dépenses supplémentaires pour le client. Différentes formules sont pratiquées pour la maintenance, allant d’interventions ponctuelles payées à l’heure jusqu’aux forfaits, proposés parfois pour 10 à 15% du montant du développement initial.

Quoi qu’il en soit, toute estimation de prix doit être faite pour un périmètre d’intervention donné, pour la phase initiale comme pour la maintenance et les évolutions. Il faudra, pour assurer le succès du projet, que toutes les parties prenantes restent agiles et capables de s’adapter aux nouvelles variables qui entreront en compte au fil du développement. On pense à de nouvelles fonctionnalités essentielles. On peaufine l’expérience utilisateur. On change de cap sur le design. Autant d’éléments perturbateurs qui doivent rapprocher la plateforme de ses utilisateurs, mais ne doivent pas déstabiliser sa création.

Mattia Longhin & Aleth Arrias

Une idée, un projet ?

Dicutons-en !